19 octobre 2017

Il y a cette photo

I Am Not Your Negro de James Baldwin et Raoul Peck /

Il y a cette photo. Page 32. Nous sommes à Charlotte, Caroline du Nord, États-Unis d’Amérique. Nous sommes en 1957, le 4 septembre 1957. Dorothy Counts a quinze ans. Elle est noire. Elle marche. Elle marche vers une école réservée aux blancs dans laquelle elle  est pourtant inscrite. Elle est suivie par une foule blanche. On devine sans peine les cris, les injures, les crachats.

On lit sur le visage de Dorothy Counts la détermination, le courage, la fierté, la peur sans doute aussi, la bravoure, la dignité, l’humanité. Ce visage est celui de la civilisation. Elle marche. Derrière, suivent les barbares ineptes.

Les Éditions Robert Laffont ont eu la riche initiative de traduire le livre, lui-même adapté du film de Raoul Peck, I Am Not Your Negro, diffusé sur Arte et sorti en salle en début d’année. Film et livre ont pour origine des notes que James Baldwin rassemblaient en vue d’un livre qui ne verra jamais le jour, Remember This House. Il y évoque ses trois amis assassinés, Medgar Evers, Malcom X et Martin Luther King. C’est l’occasion pour lui de dresser le portrait tragique de l’Amérique ségrégationniste.

Il est crucial pour Baldwin que l’Américain blanc se pose la question de savoir pourquoi il a inventé le nègre, car « L’histoire des Noirs en Amérique, c’est l’histoire de l’Amérique. Et ce n’est pas une belle histoire. ». Il pose, lui, la question de l’immaturité, notamment sexuelle, de l’américain blanc. « Si les Américains n’étaient pas aussi terrifiés par leur moi privé, ils ne seraient jamais devenus aussi dépendants de ce qu’ils appellent le « problème noir ». », à charge pour l’industrie de l’entertainment de mettre en scène le fantasme de l’american way of life, dispositif que Baldwin n’hésite pas à comparer à l’usage collectif de drogues.

Dans le film de Raoul Peck, Baldwin nous saisit par sa tension, son acuité, son phrasé, ses yeux. Ses yeux nous scrutent et nous questionnent sans fin. Que lui répondons-nous ?

I Am Not Your Negro, James Baldwin & Raoul Peck, Robert Laffont / Velvet Film, 2017, Traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre Furlan, 144 p., 17 €

La bande annonce du film

https://www.youtube.com/watch?v=gKrxv6G4xYo 1’58

Débat de James Balwin avec l’essayiste conservateur William F. Buckley Jr. à l’Université de Cambridge en 1965

https://www.youtube.com/watch?v=oFeoS41xe7w 58’57

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

À propos de Benoît Pichaud

Un credo, "... entreprendre de savoir comment et jusqu'où il serait possible de penser autrement." (Michel Foucault)

Derniers Articles par Benoît Pichaud

CATÉGORIE

Essai, Littérature étrangère, Parution "récente"