Obock de Jean-Jacques Salgon /

Obock, Tadjourah, Aden sont des noms qui sonnent à l’oreille de tout rimbaldien qui se respecte. Il est alors question de l’autre Rimbaud, celui d’après la poésie, celui du voyage et du commerce, celui qui intrigue peut-être encore davantage que l’autre dont mille études ont à peu près tout dit. C’est sur ces traces-là que se lance Jean-Jacques Salgon, sur celles-là mais aussi sur celles d’un de ceux qui les ont croisées, Paul Soleillet, aventurier et explorateur nîmois alimentant alors en récits de voyage quelques-unes des innombrables sociétés de géographie de cette fin de siècle.

Mais pourquoi donc suivre ces itinéraires passés ? « Et quelle est cette pulsion qui me pousse moi-même à vouloir rejoindre des vies révolues que je ne vivrai jamais ? Je crois qu’il s’agit d’un mystère qui relève de la foi. » Il s’agit « de prolonger in situ une rêverie. » C’est un « acte gratuit », une « quête sans véritable objet », « une immersion dans une mémoire vivante ».

Le dérisoire, voire parfois le ridicule de l’entreprise constitue cela-même qui la justifie et lui donne corps. Salgon est, comme d’autres avant lui, un chasseur de vent, de celui qui gonfle les voiles.

Obock, Jean-Jacques Salgon, Éditions Verdier, 2018, 128 p., 13,50 €

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

À propos de Benoît Pichaud

Un credo, "... entreprendre de savoir comment et jusqu'où il serait possible de penser autrement." (Michel Foucault)

Derniers Articles par Benoît Pichaud

CATÉGORIE

Littérature française, Parution "récente"