Les Trois sœurs de Anton Tchekhov /

 

Les trois sœurs ne sont pas là. Pas vraiment. Pas tout à fait. Elles chancellent constamment entre un passé idéalisé, celui du temps de Moscou, et un avenir incertain, toujours remis. Le présent leur est étranger.

Le corollaire de cette absence à soi-même est la tristesse qu’elle engendre. On voudrait être ailleurs, autre. Alors pour tromper ce quiproquo existentiel, on se marie, on rêve d’adultère, on travaille, on se fatigue, on est malade. Les personnages qui évoluent autour d’elles leur ressemblent. Eux, boivent, jouent, se battent en duel, meurent ou s’en vont. Reste alors le vide en quoi tout se résorbe.

L’étrange et ambivalent plaisir qui me saisit au spectacle de ces vies échouées est celui que fait naître la visite des monuments en ruine. On imagine ce qui a été, ce qui aurait pu être et qui ne sera sans doute jamais plus, une fatalité douce et amère.

Olga, Macha et Irina sont mélancoliques, nostalgiques et continuent d’espérer. L’âme russe se teinte de saudade portugaise.

 

Les Trois sœurs, Anton Tchekhov, Actes Sud (Babel), 2002 (Édition revue et corrigée), 160 p., 6,60 € – Drame en quatre actes traduit du russe par André Markowicz et Françoise Morvan – Note sur la traduction de  Françoise Morvan et Lecture de Georges Banu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

À propos de Benoît Pichaud

Un credo, "... entreprendre de savoir comment et jusqu'où il serait possible de penser autrement." (Michel Foucault)

CATÉGORIE

Classique, Théâtre