29 octobre 2018

Let’s get lost

Le Démon de saint Jérôme de Lucrèce Luciani /

 

Saint Jérôme (IVe-Ve siècle après J.-C.) est connu pour être l’auteur de la Vulgate, la traduction latine de la Bible. Mais il est bien plus que cela. C’est le premier homme-livre, un bibliomane, comme d’autres sont érotomanes. Il ne vit pas pour la littérature, il vit par elle. Il en est entièrement pétri, il est traversé par elle. Il en est possédé. Si l’homme est à l’image de Dieu, alors saint Jérôme s’est vraiment fait verbe.

Chez lui la lecture engendre l’écriture, qu’elle soit traduction, correspondance, biographie etc., et en retour, l’écriture nourrit de nouvelles lectures. Il est pris dans le flot infini des livres. Depuis le début de l’ère chrétienne, le volumen, rouleau qu’on déroule, a fait place au codex, ancêtre de notre livre relié actuel. Les livres se copient, se prêtent, s’échangent, se volent. La littérature devient accessible, non pas à tous mais à un plus grand nombre d’érudits lettrés.

Saint Jérôme est sous l’emprise de cette drogue d’un genre nouveau, de ce pharmakon dont on ne sait s’il est remède ou poison. Don Quichotte, douze siècles plus tard, y succombera. En attendant, Saint Jérôme n’en finit plus de constituer sa bibliothèque dont il n’aurait pu concevoir qu’à sa suite, Borges en imagine une d’une toute autre ampleur, vertigineuse, La Bibliothèque de Babel. Let’s get lost…

 

Le Démon de saint Jérôme (L’ardeur des livres), Lucrèce Luciani, Éditions La Bibliothèque (Collection Les Billets), 2018, 144 p., 14 €

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

À propos de Benoît Pichaud

Un credo, "... entreprendre de savoir comment et jusqu'où il serait possible de penser autrement." (Michel Foucault)

CATÉGORIE

Essai, Parution "récente"