Un blanc de Mika Biermann /

 

De Mika Biermann, j’avais déjà lu Palais à volonté qui, outre le fait d’avoir un bien beau titre, était une sorte d’Objet Littéraire Non Identifié, une des choses les plus étranges qu’il m’ait été donné de lire. Un blanc est narrativement plus sage.

Il s’agit du récit d’une expédition scientifique en Antarctique à bord de l’Astrofant, récit tissé à partir des carnets du cuisinier, des souvenirs du chef d’expédition, du journal du premier officier et des notes prises par une des scientifiques embarqués.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, la folie douce règne et quand elle ne règne pas, c’est pour faire place à un grand-guignol réjouissant. Je le dis tout net, ce livre est franchement barré, ce qui pour un récit de navigation, après tout, va de soi.

Résumons, nous avons là, entre autres, un cuisinier nain et lubrique qui finira vraiment par s’envoyer en l’air, une ichtyologue obèse et peut-être suicidaire qui finira par faire cui-cui, et un officier séditieux et psychopathe qui finira… on ne sait comment. De quoi nourrir l’histoire de cette expédition calamiteuse.

Mika Biermann trouve un ton qui n’appartient qu’à lui, où le loufoque, le gore, le documenté, le mauvais goût et l’étrange se côtoient comme de bons amis. Il sait aussi prendre des accents poétiques comme dans les très belles lignes qui referment le texte.

 

Un blanc, Mika Biermann, Éditions Anacharsis (Collection Griffe fictions), 160 p., 9 €

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

À propos de Benoît Pichaud

Un credo, "... entreprendre de savoir comment et jusqu'où il serait possible de penser autrement." (Michel Foucault)

Derniers Articles par Benoît Pichaud

CATÉGORIE

Littérature française