KO à la 8e reprise de Bill Cardoso /

 

Les amateurs de boxe resteront sur leur faim. De boxe, il n’en est pratiquement pas question dans ce livre, à tel point que le déroulement même du combat diffère selon les témoins convoqués. Il faut dire que le combat, plusieurs fois reporté, s’est fait attendre et que la communauté d’expatriés qui gravitent autour de l’événement (le championnat du monde des poids lourds qui oppose Mohamed Ali à Georges Foreman) a eu tout le loisir de s’adonner à l’alcool, un peu, et à la drogue sous toutes ses formes, beaucoup, d’où quelques erreurs d’appréciation.

Résumons. Nous sommes au Zaïre, à Kinshasa, en 1974. Pour des raisons géopolitiques, l’autocrate Mobutu s’est vu confier l’organisation du combat. Bill Cardoso est reporter. Il est un des nombreux journalistes qui couvrent l’événement. Si la boxe semble l’intéresser moyennement, en revanche il se passionne pour la faune, locale et étrangère, qui, des semaines durant, va animer Kinshasa et ses environs. Tout le monde se connaît plus ou moins, s’est déjà croisé. Amitiés et inimitiés s’exacerbent dans l’ennui et la torpeur équatoriale.

Cardoso est un des précurseurs de ce qu’on appelle le journalisme narratif qui procède par immersion. Il est le premier à utiliser le terme « gonzo » à propos de l’écriture de Hunter S. Thompson qui apparaît d’ailleurs dans le texte. L’objectivité est mise au rancart au profit d’une restitution vivante, au plus près de l’expérience vécue. C’est foutraque, c’est drôle, c’est cinglé, c’est enragé, c’est de l’énergie brute.

À ceux qui voudraient s’intéresser de plus près à ce combat mythique, je conseille la lecture du Combat du siècle de Norman Mailer et son pendant cinématographique, le documentaire When we were kings de Leon Gast. Et pour élargir le champ, ne manquez pas Ce que cela coûte de W.C. Heinz, publié initialement en 1958 et élégamment réédité aux Éditions Monsieur Toussaint Louverture, récit très documenté et très beau sur le monde de la boxe.

 

KO à la 8e reprise, Bill Cardoso, Éditions Allia (Petite collection), Traduit de l’anglais par Danielle Orhan & Renaud Toulemonde, 112 p., 7,50 €

https://www.youtube.com/watch?v=nCOvjkbEn3c Un décryptage technique du combat. 6’39 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

À propos de Benoît Pichaud

Un credo, "... entreprendre de savoir comment et jusqu'où il serait possible de penser autrement." (Michel Foucault)

Derniers Articles par Benoît Pichaud

CATÉGORIE

Littérature étrangère