Les Lauriers sont coupés de Édouard Dujardin /   En 1887, paraît Les Lauriers sont coupés de Édouard Dujardin, jeune auteur symboliste et wagnérien, proche de Mallarmé. De son aveu même, le livre fut reçu dans une indifférence à peu près générale et les ventes quasi nulles. Il faut attendre 33 ans pour que le […]

Depuis quelques temps, les bibliothécaires de l’Alcazar ont la bonne idée de proposer à leurs lecteurs une sélection de livres brefs « pour lire dans le métro – le tramway – à l’arrêt de bus – au feu rouge – en grignotant etc. ». Les Marseillais se réjouissent et se précipitent au 2e étage du 58 cours […]

Français, encore un effort si vous voulez être républicains du Marquis de Sade /   Sade, c’est le grand Autre, une différence radicale. Dans ce court texte politique, extrait de La Philosophie dans le boudoir publié en 1795, Sade ambitionne de parfaire l’œuvre de la révolution française. Si cette dernière est parvenue à renverser la tyrannie royale, […]

À ne pas manquer, depuis lundi et aujourd’hui encore (puis en podcast), LSD, La Série Documentaire sur France Culture, consacrée À la poursuite des livres manquants. Il y est question de L’histoire sans fin de la Bible, où l’on comprend que les recherches archéologiques et philologiques (notamment la découverte de l’évangile selon Judas) apportent de […]

L’Ombre de la fable de Benoît Reiss /   Au commencement était la parole des vieux, celle que l’on n’écoute plus, et qui tournoie aux oreilles des enfants. Et il arrive qu’un jour, ou plusieurs jours, cette parole charrie une église dont il est dit qu’elle fut bâtie par un aïeul, le long d’un chemin de terre […]

Le Démon de saint Jérôme de Lucrèce Luciani /   Saint Jérôme (IVe-Ve siècle après J.-C.) est connu pour être l’auteur de la Vulgate, la traduction latine de la Bible. Mais il est bien plus que cela. C’est le premier homme-livre, un bibliomane, comme d’autres sont érotomanes. Il ne vit pas pour la littérature, il vit par […]

Les Trois sœurs de Anton Tchekhov /   Les trois sœurs ne sont pas là. Pas vraiment. Pas tout à fait. Elles chancellent constamment entre un passé idéalisé, celui du temps de Moscou, et un avenir incertain, toujours remis. Le présent leur est étranger. Le corollaire de cette absence à soi-même est la tristesse qu’elle engendre. […]